dimanche 28 mai 2023
Suivez-nous
Des activistes Māori et Greenpeace s'unissent contre l'exploitation minière en haute mer dans le Pacifique.

Des activistes Māori et Greenpeace se sont unis pour s'opposer à l'exploitation minière en haute mer dans le Pacifique. Un militant Māori de Northland, accompagné de deux activistes de Greenpeace, ont intercepté le navire de recherche James Cook au large des côtes du Costa Rica, arborant une banderole "Don't mine the Moana" et un drapeau Tino Rangatiratanga.


L'action a lieu alors que se déroulent les négociations critiques lors de la réunion controversée de l'Autorité internationale des fonds marins (ISA) en Jamaïque. Le navire de Greenpeace, l'Arctic Sunrise, avec trois Néo-Zélandais à bord, ont intercepté le navire de recherche alors qu'il revenait d'une expédition de sept semaines dans des zones du Pacifique ciblées pour l'exploitation minière en haute mer.

 

Un troisième activiste de Greenpeace a également escaladé le côté du navire en mouvement pour déployer une banderole indiquant "Say No to Deep Sea Mining". À bord de l'Arctic Sunrise, le militant de Greenpeace Aotearearoa James Hita déclare : « Depuis trop longtemps, les peuples du Pacifique sont exclus des décisions qui ont un impact sur nos territoires et nos eaux. Si les gouvernements ne mettent pas un terme à cette industrie avant qu'elle ne démarre, un nouveau cycle d'exploitation coloniale commencera. Nous rejetons un avenir avec l'exploitation minière en haute mer. »

 

L'activiste Māori Quack Pirihi a souligné l'importance de participer à ces forums et des décisions qui y sont prises pour les générations futures. Il a également évoqué l'honneur et la responsabilité de représenter ses ancêtres et son peuple dans ces instances internationales.

 

Le navire de recherche James Cook faisait partie de l'expédition "Smartex" qui avait pour objectif de surveiller les impacts à long terme de l'exploitation minière dans des zones où des tests avaient déjà eu lieu en 1979 et de rechercher comment réduire les risques dans le cadre d'une approche durable de l'exploitation minière en haute mer.

 

Greenpeace affirme que cette expédition n'est qu'un "écran de fumée" et fait partie du programme de développement de l'industrie de l'exploitation minière en haute mer. L'organisation estime que le projet est utilisé pour permettre à cette industrie naissante de se développer. James Hita critique également le choix du nom du navire, qu'il considère comme une insulte envers les peuples du Pacifique : « Comme si envoyer un navire pour faciliter la destruction de nos écosystèmes n'était pas suffisamment offensant, en nommer un d'après le colonisateur le plus tristement célèbre du Pacifique est une cruelle insulte pour notre peuple. »

L'action en mer s'est déroulée alors que les délégués du monde entier débattent, à l'Autorité internationale des fonds marins, de l'approbation de la première demande d'exploitation minière en haute mer.

 

La mobilisation des activistes Māori et Greenpeace est un moment fort de la lutte contre le néocolonialisme dans le contexte de l'exploitation minière en haute mer. Ils défendent l'océan, les peuples du Pacifique et les peuples autochtones, avec un message clair : l'exploitation minière en haute mer ne doit pas commencer. La semaine dernière, des diplomates ont accusé le chef de l'ISA, Michael Lodge, d'avoir perdu l'impartialité exigée par sa position et d'interférer dans la prise de décision des gouvernements au sein de l'ISA pour accélérer l'exploitation minière.

 

Plus de 700 scientifiques originaires de 44 pays ont déjà manifesté leur opposition à l'industrie en signant une lettre ouverte demandant une pause dans le développement de l'exploitation minière en haute mer. Les négociations à l'ISA se poursuivent jusqu'au 31 mars. Les décisions prises lors de cette réunion auront des conséquences majeures sur l'avenir de l'exploitation minière en haute mer et sur la préservation des écosystèmes marins. Les activistes Māori et Greenpeace continueront de faire entendre leur voix et d'appeler à la protection des océans et des droits des peuples autochtones face à cette industrie controversée.