dimanche 07 août 2022
Suivez-nous
Covid-19 : 695 cas confirmés

Jeudi 3 septembre 2020 - 695 au lieu de 596, qu'est-ce que ça pourrait bien changer ? La situation est à présent irréversible, mais ne manque pas de refléter un certain paradoxe dans les "plans stratégiques" des autorités gouvernantes. Et puis des chiffres triturés ou déformés, il y en eu et il y en aura encore.

"Pour l'instant, on n'est pas dans une situation épidémique qui nécessite des mesures fortes et coercitives, c'est à dire d'empêcher les gens d'aller travailler, de sortir de chez eux", a déclaré aujourd'hui lors d'un point de presse, le ministre de la santé. En résumé, c'est ce qui se passe depuis le 15 juillet. 

Lors de son allocution du 11 août dernier, le président du pays a soulevé que "la Polynésie avait enregistré 62 cas en 5 mois, et aujourd’hui 71 cas en 4 jours. C’est de la décadence, c'en est de trop."

La pandémie a été annoncée officiellement le 11 mars 2020, après un premier cas confirmé importé prélevé la veille. Le même jour, le Haut Commissariat déclenche le plan Orsec et met en place son PC de crise, avec une forte déclaration : "il a été décidé de refuser l'accès au territoire des non-résidents en Polynésie". Une semaine plus tard, c'est à dire le 18 mars, avec 5 cas confirmés, le gouvernement du Pays prend et applique des mesures telles que, la quatorzaine pour tous les arrivants extérieurs, la fermeture des établissements scolaires et universitaires, l’interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes, la limitation de la capacité d’accueil à 50% dans les établissements recevant du public... Quelques jours plus tard, ce sera le confinement général, la fermeture des frontières et un couvre-feu, des îliens bloqués à Tahiti et ailleurs dans le monde. Résultat de telles mesures, au 15 juillet, c'est à dire 4 mois après la déclaration de pandémie, la Polynésie ne comptait que 62 cas de Covid-19 confirmés. Alors même que la propagation du virus n'a pas été maîtrisée et encore moins arrêtée, voilà qu'on ré-ouvre très grande les portes de nos frontières en brandissant une nouvelle image de marque de notre destination, Covid Free. Bienvenue et maeva à Covid-19.

En plus de cet enchaînement de mesures et de non-mesures, il y a aussi quelques aberrations sur le plan statistiques, comme le révèle sur sa page "Polynésie Libre", dont voici en image, un constat intéressant.