vendredi 23 octobre 2020
Suivez-nous
Le Tatouage Traditionnel : Henere Tua collabore avec 5 artistes renommés.

Mercredi 19 février 2020 - Henere Tua jeune passionné du tatouage nous dressent son portrait professionnel. Aujourd'hui il est chef d'entreprise d'un tout nouveau salon ouvert à papeete depuis le 1er octobre 2019. À ses côtés, 5 autres artistes associés notamment reconnu grâce à leurs notoriétés. Il s'agit de "Teata Vauche, Marotearii Parau, Manaura Teaninivaiteamoana, Teihotu Vanbastolaer, Estelle Anania deuxième dauphine Miss world Inked 2018" ont rejoint l'équipe.

À l'origine, il était maçon dans le secteur du bâtiment. Son amour pour le dessin l'a poussé à se convertir à l'art traditionnel notamment le tatouage. C'est seulement à l'âge de 33 ans qu'il a pris l'initiative de se former auprès des professionnels renommés sur le plan local. "Enfaite j'étais déjà dans un shop à Prince Hinoi. Il a fallu que je change un peu d'air et d'environnement. Lorsque j'ai commencé le tatouage, j'étais impressionné par le talent de mes collègues tatoueurs du bâtiment. J'ai vu qu'il y avait du travail à faire aussi". 

HENERE-TUA

Crédit photo (Te reo O Tefana)


Teata Vauche "c'est un art traditionnel où tu peux t'exprimer"

TATOUEUR

Crédit photo (Te reo O Tefana)

Il est un jeune issu du centre des métiers d'art, s'était formé durant 3 ans à la sculpture, la gravure sur bois, nacre, os et le dessin polynésien. Il mit en pratique son savoir-faire durant 4 ans dans une entreprise de gravure, le temps de récolter de l'argent pour acheter son matériel de tatouage."Pourquoi le tatouage, non seulement c'est un art traditionnel où tu peux t'exprimer, en même temps tu reprends la culture des anciens. Ce qui est intéressant c'est de laisser ta marque sur la peau de quelqu'un et ça peut être une personne de la Polynésie et même de l'étranger." La confiance, le feeling avec les clients est très importante pour lui. Ce privilège permet de faire bon écho de bouche à oreille. "J'ai un retour positif et beaucoup de mes anciens clients locaux, américains, japonais veut revenir se faire tatouer. Je fais du Patutiki, du Polynésien moderne, custom polynésien et je touche à un peu de tout." À l'époque le tatouage était mal vu par les parents et grands-parents et même à cause d'un point de vue religieux. Cette pratique ancestrale revient seulement en force à partir des années 2000.

Comment est-ce que vous avez intégré l'équipe ?

" À la base j'avais un salon pendant 4 ans, j'ai fait plusieurs déplacements en Europe, et c'était seulement lors de la dernière convention Polynesia Tatau au mois de novembre 2019 que Henere m'a proposé de venir travailler avec lui." Teata Vauch officialise sa réponse seulement au mois de décembre 2019. Il annonce également qu'il se préparera pour le prochain concours de Mister Tatau du mois de novembre 2020 avec l'association Polynésia Tatau. " Je me suis dit l'idéale, c'est de se préparer physiquement un an à l'avance car je suis tatoué à 90%."avant d'être sur scène. 

Vous ne regretter pas d'être tatoué ?

"Mon premier tatouage je l'ai fait en novembre 2005, là je me suis dit que je ne pouvais plus revenir en arrière. Tous mes tatouages ont une symbolique particulière par rapport à mon vécu et à ma famille."

TRT AUTOPROMO