vendredi 23 octobre 2020
Suivez-nous
Séance à l'Assemblée : le Pays apporte ses réponses aux questions orales

Jeudi 15 octobre 2020 - Les représentants de l'Assemblée se sont réunis en séance, ce jeudi matin. Lors de cette session budgétaire, plusieurs questions orales ont été posées par quelques élues sur la liberté de prescription médicale dans la covid 19, sur la convention Etat/Pays portant sur la santé et la solidarité, sur la médecine traditionnelle, et sur la mobilisation d’une seconde tranche d’emprunt par la Polynésie française.

Le Gouvernement a apporté des réponses aux questions orales parmi lesquelles le président du Tavini Huiraatira, Anthony Géros a questionné le GVT sur  la nécessité d’un retour à la liberté de prescription médicale dans la covid 19.

Le Pays répond que "l’utilisation de tout médicament par un médecin pour améliorer ou stabiliser l’état clinique de son patient en dehors de son autorisation de mise sur le marché pourrait être possible. Le prescripteur doit à minima disposer d’éléments suffisants issus de la science pour que le bénéfice apporté par le médicament soit supérieur au risque encouru par cette utilisation notamment en termes d’effets secondaires."

En ce qui concerne la question posée par Nicole Sanquer sur la nouvelle contractualisation entre l’État et le Pays en matière de santé et solidarité, le Pays répond que "sur le fond, cette nouvelle convention sera négociée dans les prochaines semaines avec l’État. Le Premier ministre nous a précisé qu’un mandat de gestion serait délivré au Haut-commissaire en ce sens. Les modalités pourront ainsi être discutées, et nous pourrons nous inspirer, le cas échéant, des préconisations du rapport IGS-IGAS-IGA d’avril 2019."

Virginie Bruant, l'élue du Tapura a souhaité avoir des informations sur l'avenir de la médecine traditionnelle au fenua. Sur cette question le ministre de la santé, Jacques Raynal a rappelé que " le CHPF a d’ores et déjà recruté un tradipraticien permettant l’intégration de la médecine traditionnelle à la médecine occidentale pratiquée dans les établissements de soin sur le Fenua. Cette démarche va dans le sens de la nécessaire prise en compte du patient polynésien dans sa globalité, qui inclut donc sa part culturelle. Comme mentionné également, les plantes polynésiennes sont riches et variées mais leur connaissance est plutôt ancestrale et nécessiterait, pour pouvoir être plus largement intégrée dans les démarches de soins et prévention, d’être mieux connue."

Enfin la dernière question orale de Sylviane Terootea qui interroge le gouvernement sur la mise en place prochaine d’un second emprunt du Pays auprès de l’État et sur le détail de ses modalités. Le Pays a souligné que " le Ministre des Outre-mer nous a invité à « documenter nos besoins pour une éventuelle seconde tranche »... Depuis plusieurs jours, nous ajustons nos évaluations et nos projections afin de déterminer avec précision notre besoin. Une fois que ces études seront finalisées, comme pour le premier prêt, nous pourrons solliciter ce nouvel emprunt garanti par l’État. Et, à ce moment-là, votre assemblée sera consultée dans le cadre d’un collectif budgétaire."

TRT AUTOPROMO