mercredi 02 décembre 2020
Suivez-nous
Grève sanitaire : des contradictions prises à la légère

Mardi 10 novembre 2020 - Tout semble être pris à la légère dans la gestion de la crise sanitaire que subit actuellement la Polynésie, notamment dans le domaine de l'éducation et de l'enseignement. Une toute petite grève, un ministère qui se base sur les dires des enfants qui préfèrent aller à l'école, pour défendre la stratégie qui vient tout droit de la France.

D'abord, d'après le ministère de l'éducation, moins de 13% des personnels enseignants et non-enseignants ont suivi la grève. Mais ils ont tout de même pu déposer des revendications, généralement les mêmes depuis le début de la crise. Les syndicats réclament le maintien de l'ouverture des établissements scolaires, mais reprochent au ministère de ne pas étendre les mesures barrières dans les écoles, celles qui nous sont diffusées et imposées tous les jours. Une sorte de contradiction, copiée-collée depuis la métropole. A ne plus rien comprendre et ça, ça se comprend. Dans une de ses déclarations à la presse, la ministre de l'éducation a rassuré les familles que "leurs enfants peuvent garder le masque à l'école pour les petits, mais on n'est pas persuadés que ça peut être efficace"., après avoir rappelé aux jeunes élèves "que le port du masque est très important". Une légèreté dans des propos qui illustrent bien l'absence d'une réelle stratégie de crise. Comme quoi, le grand foutage de gueule persiste encore à l'ombre des cocotiers. Même si il n'y a pas d'ombre sous les tumu haari.

Photo : Billy Pan Si - Te Reo o Tefana