dimanche 24 janvier 2021
Suivez-nous
Etat et justice, même combat : éliminer Radio Tefana

Mardi 24 novembre 2020 - Un auditeur, lecteur et ancien partenaire de la radio, en la personne de François Bauer de la société Telexpert, nous livre sa vision sur une affaire qu'il considère comme un procès politique et dénonce la "collaboration" entre l'Etat et sa propre justice... Une sombre histoire de la France qui perdure.

Il va de soi que le procès de radio Te Reo O Tefana devant la Cour d’appel de Tahiti pose question. C’est à mon avis un procès politique. Voyons l’historique de cette affaire.

Suite à la demande du président du Tavini, le parti indépendantiste, d’inscrire la Polynésie française sur les pays à décoloniser à l’ONU suivie d’une plainte contre le président de la République française pour crime contre l’humanité en référence aux essais nucléaires atmosphériques, on est en droit de se poser les questions suivantes : pourquoi la plainte du parquet pour détournement de fonds public et cette amende de 100 millions Fcp infligée en correctionnelle à radio Te Reo O Tefana ?

Concernant la plainte pour détournement de fonds, je ne suis pas qualifié pour porter un avis. Je laisse ce combat à l’avocat de cette radio. Mais concernant l’amende de 100 millions, je la trouve hors de toute proportion connue à Tahiti.

Avant de prendre ma retraite, mon entreprise diffusait sur les ondes FM cette radio parmi d’autres. J’ai ainsi assisté à la cessation d’activité de plusieurs radios pour cause de gestions hasardeuses ou par manque de financement. Or, certaines étaient subventionnées par des fonds communaux. Souvenez-vous de Radio Bleu, subventionnée par la commune de Mahina, et de bien d’autres encore dans la même situation. Jamais au cours de mon activité professionnelle, il n’y a eu de radio condamnée pour détournement de fonds public.

Que puis-je en déduire ? À l’évidence, il existe au sein de l’État et de sa justice une volonté délibérée d’en finir avec le Tavini et « sa radio indépendantiste ». En tant que citoyen, je ne peux que m’insurger contre cette situation. La pluralité des opinions sur les ondes FM est une nécessité et doit être préservée au sein d’une démocratie comme la France. Voyez les réactions engendrées par l’affaire de Charlie Hebdo et le droit à la libre expression...

Dans le cadre du Salon du Livre qui vient de se terminer, mon éditeur a sorti un roman que j’ai écrit sur la « collaboration » entre l’État et sa justice pendant les expérimentations nucléaires atmosphériques des années 60/70 : « Hôtel Nuutania ». Je croyais naïvement que cette sombre période de l’histoire de la France était terminée.

Or, ce procès en appel ressuscite en moi de très mauvais souvenirs. Mais qu’attendent donc les médias locaux pour dénoncer aux grands quotidiens nationaux cette coalition probable entre l’État et sa justice. Je croyais naïvement que la Justice était indépendante. À vos plumes messieurs les journalistes, rencontrez vos contacts en Métropole et faite savoir comment fonctionne notre justice en Polynésie français…

François BAUER, un citoyen libre de ses opinions